Accueil ::> Tous les articles archivés ::> Disciplines ::> Français ::> 4e ::> Nouvelle - TAGS

Nouvelle - TAGS

mercredi 25 avril 2012, par Mlle Mimoso.

Cette histoire a été imaginée par Emilie, Marie, Ombeline et Victor. Elle s’inspire des photographies des maisons du quartier Clos Joli, maintenant en cours de destruction. Les tags ont été réalisés bénévolement par le Collectif Aero.

C’est une bande de quatre potes. Lou elle, elle est muette mais elle sait très bien se faire comprendre, Adèle c’est la petite « intello » du groupe. Angéline est toujours prête à faire des bêtises. Mickaël son surnom c’est Mika, il est petit et casse-cou. Voilà vous connaissez toute la petite bande, nous allons pouvoir commencer cette histoire très très surprenante.

Le 7 mai 2012, après un cours de français, ils décidèrent d’aller faire du camping pendant le week-end aux Mémoires ouvrières, c’est un endroit où les maisons sont recouvertes de tags. Ils avaient posé leurs tentes sous un sapin. Mika avait entrepris une expédition en haut de ce sapin pour observer les lieux. Le soleil commençait à décliner à l’horizon. Ils décidèrent de rentrer dans leurs tentes, ils se raconteraient des histoires drôles.

Mika était en train de raconter aux filles une de ses histoires qui le fait rire, mais elles, elles restaient silencieuses. Tout à coup, Lou commença à s’agiter. Ils la regardèrent sans comprendre son agitation. Mika commença la conversation : « Qu’est-ce que tu as ? »
Lou continua à faire des gestes incompréhensibles.

- "Je ne comprends rien du tout !

Lou se leva et se dirigea vers la sortie.

- Mais Lou reviens", dirent en chœur Angéline et Adèle.

Tout le monde suivit Lou vers l’extérieur. Le soleil commençait à faire son apparition. Ils aperçurent une ombre effrayante qui courait sur le mur. Ils rentrèrent dans leurs tentes. Ils prirent la décision de rester une journée de plus dans cet endroit mystérieux. Pendant la journée, ils cherchèrent des endroits où ils pouvaient se cacher pour pouvoir observer cette ombre. Mika était le plus enthousiaste à l’idée de chasser des ombres.

La nuit tomba vite, chacun était à son poste. Lou était avec Adèle, elles étaient cachées dans « La maison de Charlie Chaplin » ; Angéline était avec Mika dans « La maison du joueur d’échecs ». Lou essayait de dire quelque chose à Adèle : « Qu’est-ce que tu as ? Tu as peur ? » Lou continuait à lui faire de grands gestes. Adèle regarda alors dehors ...

Mika et Angéline attendaient mais ne voyaient ni n’entendaient rien. Mais Angéline dit :

- "Ecoute...

- Qu’est-ce que tu entends ?

- ECOUTE !" dit celle-ci avec insistance.

Ils entendirent une grosse voix qui disait « ECHEC ET MAT ». Le soleil se leva, Mika et Angéline n’entendirent plus rien. Ils allèrent retrouver Adèle et Lou mais elles n’étaient plus là ! Elles avaient disparu. Ils pensèrent qu’elles avaient eu peur et qu’elles étaient rentrées chez elles. Ils rentreraient donc chez eux et ils passeraient aussi voir Adèle et Lou chez elles. Quand ils allèrent chez chacune des filles, leurs parents dirent que non, elles n’étaient pas rentrées de leur week-end.

- "Tu penses qu’elles ont été enlevées par les ombres ? dit Angéline toute tremblante.

- Mais non, tu dramatises pour tout.

- Mais où veux-tu qu’elles soient ?

- Je ne sais pas, elles sont peut-être dans une autre planque, qui sait ! Il faut qu’on y retourne.

- Moi, je ne remets plus les pieds là-bas.

- Allez, viens Angéline.

- Bon... mais on n’y retourne qu’une fois !

- D’accord.

Ils allèrent donc aux Mémoires ouvrières. Ils les cherchèrent et attendirent quinze minutes, une heure, trois heures, quatre heures... Angéline était sur le point de partir mais Mika la retint et lui dit :

-"Il faudrait peut-être que nous restions cette nuit. Les ombres reviendront peut-être.

- NON ! Je t’avais dit que nous ne resterions pas cette nuit !

- C’est faux ! Tu m’avais dit que nous n’y reviendrions qu’une fois.

- NON, c’est fini. Moi, je retourne chez moi.

Elle partit et Mika resta seul. La nuit tomba, il se cacha à l’endroit où Lou et Adèle avaient été vues pour la dernière fois. Il attendit et peu de temps après, il aperçut Charlie Chaplin, un Phoenix, deux personnes en train de jouer aux échecs, une rock star en train de jouer de la guitare électrique, un vieux monsieur qui fumait... Un petit monde s’animait ! Mika crut rêver, il vit Lou et Adèle qui étaient devenues des tags ! Elles donnaient des coups de poings dans le vide. Il voulut s’approcher d’elles mais une sorte de serpent volant passa devant lui. Il rentra chez lui en regardant une dernière fois Adèle et Lou prisonnières de ce monde.

Le lendemain matin, il alla au collège et raconta son expédition à Angéline. Elle ne le croyait pas. Il lui donna rendez-vous après les cours sous le sapin où avaient été plantées les tentes.

Quand Mika arriva sous le sapin, Angéline était déjà là. Elle lui montra deux tags. Ces tags étaient en fait Adèle et Lou. Elles avaient sur le visage une expression qui faisait penser à de la peur. Mika et Angéline entrèrent dans chacune des maisons, explorèrent les lieux. Une maison retint leur attention.

- "Regarde Mika, quand on entre dans cette maison il n’y a pas de fenêtre, mais dehors il y en a une !

- Tu as raison c’est bizarre."

Ils sortirent de la maison et Angéline dit :

- "Je peux escalader le mur et passer par la fenêtre. J’ai déjà fait de l’escalade.

- Oui, mais ne prends aucun risque."

Elle commença à grimper, elle avait l’impression que les tags la regardaient monter, le jour commençait à décliner. Une fois arrivée à hauteur de la fenêtre, elle s’appuya contre celle-ci, mais elle tomba à l’intérieur de la maison. Elle vit des personnes, ces personnes étaient taguées sur les murs des maisons mais elles restaient immobiles : aucun souffle, aucun bruit ne sortait de leur bouche, figée comme des statues ! Elle fit un pas et à ce moment précis les statues commencèrent à disparaître, à fondre. A présent, Angéline avait du mal à respirer et à bouger. Elle était en train de rejoindre le monde des tags car, pendant la nuit, toute personne entrant par la fenêtre n’en ressortait jamais.

Angéline courut sur le mur dans sa forme de tag et quand elle arriva, Mika était en train de regarder à la fenêtre. Angéline le prévint de la malédiction de cette pièce et lui dit de revenir quand le soleil ferait son apparition à l’horizon.

Il revint alors, quand le soleil fut levé. Il monta sur le mur, ouvrit la fenêtre et... et il trouva plein de statues. Celle de Lou, Adèle, Angéline, celle d’un vieux monsieur, celle de Charlie Chaplin... Il les prit une par une et les emmena dehors où elles retrouvèrent alors leur forme « normale », humaine. Une fois revenue à la vie, Lou fit comprendre à ses amis qu’une petite fille muette assise dans un coin de la pièce avait été oubliée. Elle précisa que c’était sa petite sœur disparue depuis quatre ans. Lou se dirigea vers la pièce mais le soleil commençait à se cacher. Lou se dépêchait mais le soleil se coucha et elle fut de nouveau prisonnière. Mika dit aux autres : « Nous reviendrons demain les sauver. »

Ils revinrent le lendemain matin, essayèrent de les sauver mais n’y arrivèrent point. Eh oui, les humains n’ont qu’une seule chance d’être sauvés, si celle-ci est utilisée et que la personne retourne dans la pièce, cela veut dire qu’elle veut rester dans sa forme de tag.

Ils repartirent et Mika regarda ces maisons à l’abandon. Sur les murs, il ne restait maintenant plus qu’un énorme tag, celui de deux petites filles côte à côte, certainement le tag de Lou et de sa petite sœur.

Voir en ligne : Collectif Aero - Mémoire ouvrière

info portfolio